Mandataire à l'honneur : l'atelier ribo+

ribo+
By Marc-Olivier SCHIFFERLI . 3 Month

 

 

Nous remercions chaleureusement toute l'équipe de l'"atelier ribo+" pour son travail exemplaire au quotidien sur de très beaux projets et avec laquelle nous entretenons une collaboration efficace depuis plusieurs années. 

 

La culture pour une construction de qualité.

De la nouvelle architecture à la réhabilitation des bâtiments, de la valorisation du territoire au design, ce qui guide l’“atelier ribo+”, situé à Cadenazzo au Tessin, c’est l’attention à l’espace construit en tant qu’élément s’insérant dans un paysage naturel et humain préexistant, c’est-à-dire dans une culture de la façon de vivre et d’habiter.

Depuis 1998 le fondateur et directeur de l’“atelier ribo+”, l’architecte Christian Rivola, est engagé dans la mise en pratique de l’idéal d’architecture “de la cuillère à la ville”, qui a été théorisé par Ernesto Nathan Rogers. Le bureau n’est pas une simple étude, mais bien un atelier où le rôle de l’architecte se compose de plusieurs disciplines, en opérant avec un esprit « technique », « artistique » et en intervenant aussi en tant « qu’artisan ». L’architecte est un professionnel avec une vision du futur, étant capable de se confronter et de dialoguer avec le passé, ainsi qu’avec la société contemporaine. Pour cette raison, chez Casa Irma, siège de l’atelier, se trouve une vingtaine de collaborateurs qui interagissent et apportent chacun leurs propres expériences dans les trois champs principaux d’intervention de “ribo+”. Le “+” sous-entendant un “encore et encore”, un devenir continu, une passion de faire face aux défis de la planification.

En complément de l’architecture des nouveaux bâtiments, l’“atelier ribo+” apporte une attention et une expérience particulière à la rénovation et réhabilitation de bâtiments. Le secteur d’intervention du pôle “architectures”, dont la responsable est Monica Rossin, s’intègre avec celui des “conseils”, dirigé par Michele Letardi. Ainsi, le donneur d’ordre est accompagné dans la détection des imprévus tout au long des différentes phases de projet et de construction, mais également durant le développement de plateformes de promotion et de financement, ainsi que pour les phases d’autorisations.

Pour de nombreux projets gérés par l’atelier, les deux secteurs s’intègrent avec celui des “paysages”, coordonné par Sara Anzi. Cette organisation est une particularité de l’“atelier ribo+”, non seulement en ce qui concerne les projets liés aux paysages urbains (plans de quartier, masterplan, plans d’aménagement, etc.), mais aussi pour la valorisation des zones rurales. Dans le cas des zones rurales, les compétences misent en œuvre sont pareilles à celles utilisées pour la réhabilitation des espaces urbains, consistant à la découverte des éléments caractérisant le lieu. Ces éléments peuvent être revitalisés et inclus dans un réseau historique et social permettant de créer de l’identité et des nouvelles opportunités de développement.  

Les bâtiments et les lieux du territoire sont donc vus comme les organes d’un corps, capables de se régénérer, de se transformer et de trouver des nouvelles fonctionnalités, tout en conservant la mémoire de ce qu’ils étaient. Dans cette optique, l’“atelier ribo+” a aussi développé une attention particulière aux “paysages sonores”, notamment en ce qui concerne les empreintes acoustiques qui caractérisent les bâtiments et les lieux, offrant ainsi une architecture attentive à la planification dans une approche multi sensorielle. Au-delà de ces trois secteurs principaux, l“atelier ribo+” s’occupe aussi de design et d’architecture d’intérieurs. Le cercle entre “ville” et “cuillère” est ainsi complété.

Parmi les exemples les plus significatifs de cette capacité de planification mêlant plusieurs contextes, de la réhabilitation urbaine au développement rural, on peut citer le projet de la deuxième vie de la Halle Landi et du nouvel Hotel de la Pâla, qui se trouvent à l’intérieur du quartier des Jardins de la Pâla à Bulle, ainsi que celui du Tamaro Village inscrit dans le Tamaro Park à Rivera. Sans oublier, une mention particulière allant au projet de valorisation du territoire “Le Terre del Ceneri” qui créé une opportunité de découverte au travers d’une approche touristique de randonnée à cheval entre Sopra et Sottoceneri, côtoyant l’ouverture du Ceneri 2020.

 

Les Jardins de la Pâla - Halle Landi

Les Jardins de la Pâla - Hôtel de la Pâla

Tamaro Village

Terre del Ceneri

 

La collaboration avec Urban project SA est née en 2011, à l’occasion du concours d’idées pour la planification de la résidence Dolcevita à Muralto. La proposition de l’“atelier ribo+”, anciennement RIBO architecture, l’avait emportée sur les deux autres concurrents. Ainsi est né, à l’emplacement du préexistant centre de télécommunication des PTT, une structure aux lignes rappelant les terrassements tout proches qui surplombent le Lago Maggiore. Un bâtiment dans lequel les choix architecturaux sont le fruit d’une étude attentive du contexte environnemental, historique et social.

L’expérience et les réalisations de l’“atelier ribo+” démontrent concrètement la possibilité de la mise en œuvre des directives contenues dans la déclaration de Davos 2018. Ce texte élaboré par les ministres européens de la Culture contient un appel et un engagement commun pour une culture de la construction de qualité.

Le futur ne doit pas voir s’affirmer une architecture qui n’ait pas d’intérêt pour la durabilité, productrice d’espaces urbains anonymes et de projets banals, mais une architecture qui poursuit la qualité, en la rendant accessible à travers une culture du paysage et une analyse du contexte historique et socio-économique. Le message retenu étant la nécessité de favoriser une culture de la planification, partant du rapport aux objets et aux bâtiments avec la vie des personnes et avec celle de la planète.

Le “vivre bien” nait du “vivre en harmonie”.
 

Marc-Olivier SCHIFFERLI Réceptionniste - Assistant administratif
Marc-Olivier SCHIFFERLI Réceptionniste - Assistant administratif